27/10/2009

Archive 27 03 2009

Adoption choix ou hasard?

Ma seconde adoption se fera avec Haïti, j'en suis heureuse mais ce n'est pas un choix. C'est le seul pays possible à l'heure actuelle dans ma situation.

Je n'aurais pas spontanément choisi ce pays pour les raisons suivantes : attribution rapide de l'enfant mais rencontre avec son enfant au bout de deux ans. C'est difficile je trouve d'être mère et de ne pas pouvoir prendre son enfant dans les bras. Je me suis sentie mère dès le coup de fil m'annoncant que Flora était ma fille et je n'ose imaginer ma réaction si j'avais du attendre 2 ans avant de la rencontrer. L'imaginer grandir sans maman, dans un orphelinat m'est sincèrement très pénible. Mais je n'ai pas le choix. Autre difficulté : les enfants ont toujours leurs parents, ils sont connus et j'ai également un peu de mal avec cette réalité.

Mais c'est ainsi c'est Haïti ou rien.

Pour s'embarquer dans une aventure telle que l'adoption, il faut croire au fait qu'il existe quelque part un enfant qui nous attend. C'est la légende du fil rouge.

J'ai aimé cet article :

"Pour savoir vers quel chemin se diriger en adoption, l'adoptant a dû croire à la synchronicité définie par le psychiatre suisse Carl Jung comme « une coïncidence significative entre deux ou plusieurs évènements où entre en jeu, autre chose que les probabilités du hasard. ». Autre chose, c'est une force qui nous aspire vers des choix à réaliser. Autre chose, c'est un appel vibrant qui nous fait poursuivre nos démarches malgré les embûches. Autre chose, ce sont des circonstances qui nous amènent vers un destin souvent très éloigné du projet initial.

Suivre sa destinée, ce n'est pas être fataliste, ce n'est pas se laisser aller et suivre le courant, c'est être proactif pour ramasser en chemin toutes sortes d'éléments qui nous permettent d'avancer. C'est aller puiser dans nos forces intérieures les ressources qui nous guident dans telle ou telle direction. C'est être à l'affût et à l'écoute des indices placés sur notre route. On a parfois peur, car c'est l'inconnu, et qu'on ne contrôle rien. Mais, c'est comme un jeu de piste : il faut faire des recherches, il faut traverser des obstacles, il faut former des alliances, il faut vouloir gagner. Ce n'est pas toujours facile de se fier à son instinct, de poursuivre et de s'acharner uniquement en faisant confiance à la Vie.

II y a un aspect positif à retenir du parcours par moments tortueux qui nous conduit à notre enfant, c'est que les nombreux défis relevés nous ont obligés à la persévérance, à la constance, à la cohérence, qualités qui nous serviront pour dénicher des services spécialisés, des ressources, des chemins de traverse, des astuces, des aubaines, etc., toutes choses utiles dans l'éducation des enfants et dans la vie de famille. Nous avons développé de l'acuité pour détecter les signaux et saisir les occasions. Et là, par petits miracles on se trouve au bon moment et au bon endroit pour recevoir les informations que l'on cherche, on rencontre la bonne personne qui nous indique le chemin à suivre.

Les adoptants parlent tous de coïncidences surprenantes, de liens préexistants qui unissent leur enfant à leur famille. Que ce soient des noms, des dates, des évènements, il y a une concordance qui ne peut pas être que le fruit du hasard. Et c'est lorsque l'on vit au quotidien avec nos enfants adoptés qu'on réalise à quel point ces enfants sont vraiment les nôtres, au plus profond de nous, qu'ils ont eux aussi bénéficié de la synchronicité. De toute façon, nous faisions déjà partie des fils rouges invisibles qui nous reliaient les uns aux autres ! ! !"

 

21:08 Écrit par Pascaline | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.