27/10/2009

Archive 19 05 2009

Ma petite puce.

Petite Flora, Petite puce d’Asie,

 

Cela fait longtemps que je ne t’ai pas parlé via ce blog, que je ne t’ai pas dit mes pensées. Sans doute parce que es là avec moi. A chaque instant, je peux te regarder, te parler « en vrai », te cajoler, te chatouiller, t’aimer. Le bilan de cette année passée ensemble est beau : il y avait ma vie avant toi, il y a ma vie après toi et il y a un monde entre les deux. Je me demande comment j’ai pu faire pour vivre sans toi. Je n’ai jamais été aussi heureuse. Je vais merveilleusement bien. Notre rencontre est la plus belle chose qui m’est arrivée. Depuis quelques temps, je parle beaucoup de ta petite sœur ou de ton petit frère, de mon bébé chocolat. Je voudrais que tu saches que la place que tu as dans mon cœur ne changera pas, tu seras toujours ma p’tite puce d’Asie et tu n’as rien à craindre. Le cœur d’une maman est assez grand pour aimer tous ces enfants.

En ce moment, tu m’étonnes beaucoup. Tu as une mémoire à couper le souffle pour un p’tit bout comme toi. Tu te souviens de tout ce que je dis, de tout ce que je nomme et il ne faut pas le répéter deux fois pour que tu le retiennes et à certains moments j’en suis la première étonnée. Par exemple tu sais qui t’as acheté tous tes habits et quand tu les portes tu le dis sans te tromper. Alors que parfois j’hésite sur la personne qui t’a acheté tel ou tel habit, tu n’hésites pas et tu me le rappelles. C’est époustouflant. On dit que tous les parents trouvent leurs enfants intelligents, c’est sans doute vrai mais crois-moi j’ai rarement vu une petite fille de ton âge avoir autant de mémoire. Tu ne parles pas encore beaucoup et certains mots sont difficiles à comprendre. On dirait du chinois c'est très comique.  Si tu parlais davantage je suis certaine que tu m’étonnerais encore plus.

Je crois que tu vas bien. Tu as encore du mal à être séparée de moi. Ce qui m’épate c’est ta capacité d’adaptation. Tu t’adaptes à toutes les situations même si elles ne te plaisent pas et parfois je préfèrerais que tu ne t’adaptes pas et que tu me le fasses comprendre. Je pense que depuis ta naissance tu as du t’adapter de nombreuses fois et ce comportement est inévitable.

Je reviens à notre bébé chocolat, le parcours a commencé, nous allons passer de longs mois à attendre une attribution et enfin un départ. Je sais que cette attente sera difficile à certains moments, plus facile à d’autres. Je suis rodée comme on dit et je ne me tracasse pas trop. Je sais que même si le chemin est long, difficile et semé d’embûches, rien ni personne ne pourra nous empêcher d’y arriver.

Je prévois l’arrivée de cet enfant en 2011 si tout va bien et si la vie continue à nous sourire. En attendant je vais continuer à t’aimer, te cajoler, te faire des bisous. Tout pleins.

Je t’aime tant.

 

21:16 Écrit par Pascaline | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.