27/10/2009

Archive 01 04 2009

Baisse de 30% d'adoption d'enfants étrangers.

30.03.09 
La Direction de l'Adoption en Communauté française et le secteur
associatif ne sont pas étonnés des chiffres relatifs à l'adoption
publiés lundi par le l'administration de la Justice qui font état d'une
baisse de 30 pc des adoptions d'enfants étrangers en Communauté
française entre 2007 et 2008.


"Nous observons une baisse constante du nombre d'adoptions ces dernières années",
note Béatrice Bertrand, juriste à la Direction de l'Adoption,
l'autorité centrale communautaire (ACC), qui dépend de la Direction
générale de l'aide à la jeunesse en Communauté française. L'autorité
centrale communautaire estime que de moins en moins d'enfants sont
adoptables et qu'actuellement, un enfant est adopté pour dix candidats
adoptants. "La Communauté française se veut respectueuse de la
convention de La Haye de 1993 relative à l'adoption et en particulier
de son principe de subsidiarité, selon lequel une solution doit être
trouvée pour l'enfant en premier lieu dans son pays d'origine avant
d'envisager une adoption internationale" , expose Béatrice Bertrand.
En outre, la Communauté française observe une inadéquation entre les
demandes de ces candidats et les besoins réels des enfants adoptés, en
plus des disparités économiques observées entre les deux parties. Pour
l'ACC, les enfants adoptés sont le plus souvent des bébés en bonne
santé alors que les enfants souffrant de problèmes de santé ou de
développement ne trouvent pas de parents adoptifs.
Du côté associatif, on explique cette baisse du nombre d'adoptions par une série de facteurs. "Il y a quelques années, une bonne partie des enfants adoptés en Belgique étaient originaires de la Chine", explique Catherine Fettweis, directrice d'Amarna, un organisme bruxellois agréé par la Communauté française. "En
mai 2007, la Chine, qui a également connu une baisse du nombre
d'abandons, a édicté des critères beaucoup plus sévères en matière
d'adoption, ce qui a réduit le nombre d'adoptions d'enfants chinois".
Par ailleurs, de plus en plus de pays procèdent à des adoptions
nationales et certains d'entre eux ont connu ces dernières années une
embellie économique. Enfin, pour Catherine Fettweis, l'augmentation de
la durée de la procédure décourage certains parents désireux d'adopter.

(Belga)

21:11 Écrit par Pascaline | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.